Riot Games, une entreprise sexiste ?

Le 7 août une enquête réalisée par Cecilia Anastasio, débutée en décembre, à été publié par le site de jeux vidéo Kotaku. Durant plusieurs mois elle a rencontré des hommes et des femmes, travaillant ou ayant travaillé chez Riot Games, cette enquête a montrée que Riot Games a une culture de sexisme et de harcèlement au sein de son entreprise.

Qu’est-ce qu’une culture sexiste ?

Tout d’abord, redéfinissons ce qu’est une culture sexiste, car c’est important de comprendre de quoi on parle. Une culture sexiste est une culture où les hommes et les femmes sont séparés selon des critères. Par exemple dans cette culture, un homme est capable d’écrire des articles sur des produits high-tech tandis qu’une femme, elle, est capable d’écrire des articles sur la mode et non sur des produits high-tech. Cette culture est ancrée dans les mœurs depuis toujours et est néfaste dans les entreprises. En effet, pour une femme, travailler dans une ambiance sexiste peut devenir très étouffant voir insupportable.

Pourquoi l’entreprise Riot Games est-elle accusée de culture sexiste et de harcèlement ?

Dans son enquête Cecilia, nous parle de ce qu’elle a découvert en interrogeant les personnes. Elle a pu mettre en lumière les conditions horribles dans lesquelles les femmes travaillent chez Riot Games. Entre propos déplacé, remise en question des compétences, ou encore des photo sexuellement explicites.

Dans son enquête Cecilia, raconte que les femmes de l’entreprise et certains hommes, oui le sexisme touche aussi les hommes, ont reçu et reçoivent des propos sexistes verbalement ou par mail au sein même de l’entreprise. Ils et elles ont pu recevoir des photo sexuellement explicite de leur supérieur hiérarchique et/ou de leur collègue. Dans cette entreprise, il y a 80 % d’hommes. Dans l’équipe dirigeante, le nombre de femmes est toujours très bas, 2 femmes pour 21 hommes. Pour un même poste un homme ayant peu d’expérience obtiendra plus facilement le poste qu’une femme ayant plus d’expérience.

L’enquête nous apprends aussi que lors des entretiens d’embauche Riot Games doute à chaque fois de la sincérité des femmes qui affirment être des joueuses régulière de jeux tels que League of Legends. De ce fait, leurs compétences sont remises en question. Sur le jeu League of Legends seuls 10 % des joueurs sont des femmes.

Le témoignage « racine » de Lace

Lors de son enquête Cecilia à discuté avec une jeune femme appelée Lace, son pseudonyme. En effet, elle a travaillé pendant 3 ans chez Riot Games et a reçu plusieurs formes de harcèlement allant du simple sexisme à bien plus. Elle pouvait recevoir des propos sexistes par rapport à son travail, sa famille ou encore son physique. Dans le milieu du jeu vidéo, les femmes ont du mal à percer, car le sexisme est très présent et très pesant pour elles. Étant moi-même ancienne joueuse de League of Legends, dès que les personnes jouant avec moi connaissaient mon sexe, je devenais la « nulle » du jeu, etc.

Qu’est-ce que l’entreprise Riot Games a-t-elle répondu ?

Sur leur site, Riot Games se sont exprimés. Voici quelques extraits :

« Cet article met en lumière des points sur lesquels nous n’avons pas été à la hauteur de nos propres valeurs, ce qui ne perdurera pas chez Riot. Nous avons pris des mesures contre un grand nombre des cas cités dans l’article et nous nous sommes engagés à chercher des solutions, à résoudre chaque problème et à en résoudre les causes sous-jacentes. Tous les Rioters doivent participer à la création d’un environnement où chacun a la même possibilité d’être entendu, de développer son poste, de progresser dans l’organisation et de réaliser son potentiel. […]

Depuis nos débuts, nous avons adopté une politique de tolérance zéro en matière de discrimination, de harcèlement, de représailles, d’intimidation et de toxicité. Au fur et à mesure que nous avons grandi, nous avons progressé et nous avons continué à mettre des ressources derrière nos programmes de diversité et d’inclusion afin d’améliorer constamment Riot. Nous savons que nous avons encore du travail à faire pour atteindre nos objectifs, en commençant par écouter les retours de nos Rioters et des autres, et en fournissant à nos employés les conseils et les ressources dont ils ont besoin pour défendre nos valeurs. »  Le message entier est à retrouver ici.

Conclusion

Au jour d’aujourd’hui les femmes prennent de plus en plus de place dans le monde du jeu vidéo ou de la technologie, mais reste moindre par rapport à la place prise par les hommes. En ce qui concerne Riot Games, je pense qu’ils devraient revoir leur politique et leur manière de choisir leurs employés et employées.

Pour d’autres articles, vous pouvez aller ici ou ici.

Sources :

Extrait français du message de Riot Games Le Monde  Kotaku

Jeune blogueuse passionnée de technologies aimant partager ses découvertes.

Laisse un commentaire !