mini metro

Mini Metro : un jeu de réseau de transports en commun à votre image !

Il y a quelques semaines, j’ai commencé à jouer à un jeu vidéo sur mon smartphone (le Meizu M5) : Mini Metro. Je m’y était déjà intéressé, mais sans plus. Même si ce jeu est sorti il y a quelques années déjà et que vous en avez peut être déjà entendu parler, je vais au moins le faire découvrir à ceux qui ne connaissent pas !

Revenons un peu en arrière

Revoyons les bases pour contextualiser ce jeu. Selon la page Wikipédia de ce dernier, « Mini Metro est un jeu de gestion et de simulation de réseaux de transports en commun développé par le studio Dinosaur Polo Club. Il est sorti le 6 novembre 2015 sur Steam et GOG.com pour Windows, OS X et Linux après avoir passé un an en accès anticipé sur Steam, et le 18 octobre 2016 sur Android et IOS. », voilà c’est mieux. Dinosaur Plo Club est un studio de développement de jeux vidéo indépendant néo-zélandais créé par les frères jumeaux Peter et Robert Curry. Mini Metro est leur seul projet qui à l’heure actuelle ait vraiment abouti.

mini metro

C’est quoi le principe de Mini Metro ?

Comme dit précédemment, le jeu vidéo est une simulation de réseaux de transports en commun, principalement axé comme son nom l’indique sur les métros. Graphiquement très simple voire minimaliste, il ressemble quasiment trait pour trait à la fin d’une partie à un réel réseau de transports d’une grande ville.

Et pour cause, le but est de créer ce dernier vous-même, comme vous le voulez dans une des vingt métropoles proposées : Londres, New York, Paris, Berlin, Stockholm, Melbourne, Hong Kong, Osaka, Saint-Pétersbourg, Montréal, San Francisco, São Paulo, Washington D.C, Séoul, Le Caire, Singapour, Shanghai, Mumbai, Istanbul et Auckland.

Comment ça fonctionne ?

Tout d’abord, vous allez pouvoir jouer à trois modes de jeu : le mode normal, le mode sans fin (vous ne pouvez pas perdre), et le mode extrême (dans lequel vous ne pouvez pas modifier les lignes et ce d’aucune manière).

Lorsque vous commencez une partie, trois stations apparaissent, à vous de les relier avec des lignes (vous en avez trois au départ). Vous avez à votre disposition des locomotives, des wagons et des tunnels (qui permettent de traverser une rivière) et des points d’échange (qui permettent d’augmenter la capacité d’une station).

Une horloge en haut à droit de l’écran tourne, et dès qu’une semaine est écoulée, vous gagnez de nouveaux éléments. Tout au long de la partie, des stations apparaissent, plusieurs symboles existent (rondes, carrées, triangulaires, etc.), d’autres se chargent de plus en plus. La difficulté de Mini Metro réside dans le fait qu’il ne faut pas qu’une station soit saturée, si l’un d’entre elles l’est, vous avez perdu. Lorsqu’une station commence à être surchargée, un compteur se lance dans le sens des aiguilles d’une montre, lorsqu’il a fini son tour, c’est fini.

mini metro

Les petites astuces

Comme dans tout jeu vidéo qui se respecte, il existe des petites astuces afin d’être meilleur sur Mini Metro. Tout d’abord, vous pouvez modifier (sauf en mode extrême) à n’importe quel moment vos lignes et vos tunnels, afin de les relier à d’autres arrêts. Vous pouvez également déplacer vos wagons et vos locomotives, afin de les placer sur une ligne qui devient surchargée.

Veillez tout au long de la partie à ce que la longueur des lignes soit à peu près égale entre elles, répartissez les locomotives et les wagons de façon plutôt équitable, afin d’avoir un réseau qui reste le plus stable possible. Au niveau des stations qui se surchargent, j’ai remarqué que presque toutes les fois se sont les stations rondes qui accueillent le plus de passagers, faites donc attention à celles-ci et placer si vous le souhaitez des points d’échange.

mini metro

Quelques fonctionnalités supplémentaires de Mini Metro

Tout les jours, un défi vous est proposé dans le menu « Ce jour ». Vous jouez dans une des villes, sur un certain mode. Le but : tenir le plus longtemps possible. A la fin de la partie, vous verrez votre classement par rapport aux autres joueurs.

Un mode nuit existe, il inverse les couleurs, le fond passe donc d’un blanc cassé à un noir plutôt clair, chose qui peut être pratique la nuit comme son nom l’indique, mais aussi par exemple sur des appareils dotés d’écran OLED, afin d’économiser de la batterie ou de l’énergie.

Encore mieux, un mode daltonien est disponible, beau geste de la part des développeurs pour des gens dont le handicap peut rendre la pratique du jeu vidéo désagréable.

mini metro

Ce que j’aime dans Mini Metro

Comme vous pouvez sûrement le constater, j’adore ce jeu, c’est un réel coup de cœur et je me demande encore pourquoi je n’y ait pas joué plus tôt. Il y a pas mal de points que j’aime bien dans Mini Metro.

Déjà, il y a le fait que les parties ne se ressemblent pas. En effet l’apparition des stations est aléatoire, ce qui fait que même sur une même ville, on ne va pas du tout faire deux fois le même réseau.

Le défis quotidiens sont sympathiques, tous les jours je fais le défi et j’essaie d’être le meilleur du classement (chose que je n’arrive pas à faire), cela ne me prend qu’une dizaine de minutes par jour maximum, et cela me détend.

Oui, j’aime bien jouer à Mini Metro car c’est un jeu qui me détend. Après une dure journée, y jouer me permet de décompresser, et pour pousser l’expérience plus loin, la bande sonore est très agréable à écouter, avec une musique de fond très douce, que l’on pourrait comparer à une musique d’ascenseur.

mini metro

Comment y jouer ?

Mini Metro est disponible sur plusieurs plates-formes, malheureusement il est payant. Sur Windows, macOS et Ubuntu il est vendu à 9,99€ sur Steam mais vous pouvez le trouver pour un euro moins cher sur Amazon. Pour les supports mobiles, il est vendu 4,99€ sur le Google Play Store et 5,49€ sur l’App Store.

Si vous ne souhaitez pas dépenser de l’argent, sachez qu’une démo de Mini Metro est disponible sur navigateur.

mini metro

Conclusion

Mini Metro est un réel coup de cœur pour moi, j’aime bien le côté jeu de gestion, le côté détendant et le défi donné par ce jeu. Il m’a prouvé également qu’un jeu mobile (bien qu’il soit disponible sur un ordinateur) n’est pas éphémère, contrairement à ce que l’on peut penser. Je vous invite donc à essayer la démo sur navigateur et de me dire ce que vous en avez pensé. Si vous y jouez n’hésitez pas à partager vos astuces !

Rédacteur motivé, passionné de jeux vidéo, de photographie et de nouvelles technologies en général.

Laisse un commentaire !