goodeed

Goodeed, faites des dons sans débourser un centime !

Nous souhaiterions tous aider des associations caritatives, pour créer un monde meilleur, mais souvent nous n’avons ni le temps ni l’argent. Et si tous les jours, vous preniez deux minutes pour aider et faire un don sans débourser un centime ? C’est la possibilité que vous donne Goodeed !

Internet permet l’apparition de plus en plus d’actions humanitaires comme peut le faire Humble Bundle, ou l’action Game Chaingers, qui a été créée par l’Unicef et qui invitais les gamers à miner une cryptomonnaie pour aider des enfants ou encore le jeu de cartes Battle Tube, dont les profits aident l’association e-enfance. Voici aujourd’hui Goodeed !

L’histoire d’une start-up

Vincent Touboul Flachaire, en décembre 2012 alors qu’il n’a que 17 ans, à peu près l’âge des rédacteurs de Rotek, a une idée. Il veut démocratiser le don sur Internet en le rendant simple, rapide, transparent et gratuit afin que tout le monde puisse en faire. Par la suite il va faire la rencontre de Tristan Joly et Thomas Beauvallet, ils vont s’associer et lancer la première version du site le 16 mars 2014 à 20h05.

Voici ce que déclare Vincent Touboul Flachaire, le fondateur :

« Goodeed révolutionne la façon dont on fait des dons en ligne. »

Aujourd’hui l’équipe a triplé puisque neuf personnes travaillent actuellement sur le projet Goodeed. Leur but commun :

« Inventer les solutions de demain de collecte de dons en ligne pour aider les ONG à trouver de nouvelles sources de financements. »

goodeed

Quelques chiffres pour une façon de donner différente

En quelques chiffres, Goodeed c’est 269 000 donateurs, 100 projets financés pour plus de 60 associations partenaires (140 000 arbres plantés avec WeForest, 130 000 vaccinations avec l’Unicef, 12 000 repas pour des SDF avec les Restos du Coeur, 115 fauteuils roulants pour des enfants avec Handicap International, etc.) et plus de 85 annonceurs. C’est donc plus de 15,3 millions de dons gratuits qui ont été réalisés depuis le lancement le 16 mars 2014.

Le système de dons n’est pas le même que celui que l’on connaît traditionnellement. Comme on peut le lire sur le site Internet, aujourd’hui 70% des donateurs ont plus de 50 ans, seulement 4% des dons sont faits en ligne et les frais de collecte coûtent chers aux associations, de l’argent qui n’est pas utile. Sur Goodeed, 80% des donateurs ont entre 18 et 35 ans, tous les dons se font en ligne ce qui fait qu’il n’y a pas de frais de collecte.

goodeed

Comment ça marche ?

Mais alors, comment fonctionne ce système qui paraît révolutionnaire ? Tout d’abord, lorsque vous vous connectez sur le site, vous pouvez choisir quelle campagne soutenir. A l’heure où j’écris on peut par exemple aider à payer des heures de cours de mode éthique, des litres d’eau, des arbres ou encore des repas. Vous cliquez sur donner (en dessous de ce que vous avez choisi), une publicité va se lancer, il suffit d’attendre que la barre en haut à droite de la page se remplisse (entre 20 et 30 secondes), et c’est bon !

goodeed

Mais comment sont répartis les gains générés par la publicité ? Selon Goodeed, 10% servent à la promotion du projet, 30% sont alloués pour faire fonctionner la start-up (impôts et salaires entre autres) et enfin 60% sont reversés aux ONG que vous aidez.

Vous pouvez donc réaliser trois dons gratuits (donc trois visionnages de publicité) par jour, et vous êtes naturellement invités à revenir le lendemain. Vous pouvez visionner des publicité sur le site Internet, mais également via une application mobile disponible sur Android et iOS.

goodeed

Embellir l’image de sa marque

Afin que se système fonctionne et donc qu’il soit rentable, il faut trouver des annonceurs. La plupart du temps ce sont des entreprises qui possèdent une marque, et qui donc doivent avoir une bonne image. Elles vont donc payer Goodeed afin que les donateurs voient une vidéo de publicité vantant les mérites de leur(s) produit(s). Sur leur site toujours, Goodeed déclare avoir un taux de clic moyen d’au moins 4,4% sur une audience qualifiée « d’ultra-réceptive pendant au moins 20 secondes ». Cela veut dire qu’au moins 4,4% des donateurs cliquent pour accéder au site Internet de la marque. Des campagnes qui aident les marques à avoir une bonne image, mais pas que.

Mais alors combien paient ces marques là pour pouvoir diffuser leur publicité sur le site ? Vincent Touboul Flachaire, fondateur de Goodeed a déclaré au site Slate.fr que les entreprises payaient « De quelques centimes à plusieurs euros selon le ciblage ».

goodeed

Car oui, les publicités que les donateurs visionnent sont ciblées, afin que ces entreprises aient plus de chances de vendre. Lorsque vous vous inscrivez, on vous demande votre date de naissance, votre nom, votre prénom, etc. Un peu comme sur la plupart des autres services en ligne gratuits finalement.

 

Une vraie communauté autour de Goodeed

En réalité, Goodeed ce n’est pas que un site Internet qui permet de faire (seulement) trois dons par jour. C’est aussi une vraie communauté qui se construit au fur et à mesure. La start-up a intégré une sorte de réseau social, sur lequel chaque membre a un profil, il peut mettre une photo de profil, une photo de couverture, un statut, renseigner son pays. C’est sur ce profil que l’on peut voir les dons de chacun, quels articles il a rédigé, lesquels il a relay (comme un retweet), et quelles pétitions il a signé ainsi que sa progression en terme de dons.

Il y a donc un système de fil d’actualités sur lequel on peut voir tous les contenus partagés ou créés par la communauté, on peut s’abonner à d’autres membres, etc. Le tout comme un vrai réseau social.

goodeed

La gamification des dons

Goodeed a eu une bonne idée pour faire revenir les utilisateurs tous les jours et à être toujours plus actifs. La start-up a « gamifié » ou « ludifié » les dons, c’est-à-dire qu’elle a intégré un système de jeu. Cela passe par des points, qu’on gagne en remplissant des objectifs appelés « missions », par exemple : « En veux tu en voilà : Fais 20 dons pour n’importe quelle cause », cela rapporte 10 G, les G étant les points sur Goodeed. Il y en a au total 16 à remplir, certains avec différents paliers et un seul est hebdomadaire, cela veut dire qu’il se remet à zéro toutes les semaines.

goodeed

Comme dans tout système s’apparentant à un jeu vidéo, il y a des niveaux. A 15 G, on devient « Altruiste », à 250 G un « Bienfaiteur », à 500 G un « Philanthrope », lorsqu’on est dans le top 5% on devient « Protecteur » et enfin lorsqu’on fait partie du top 1% on est une « Légende ».

goodeed

On a donc affaire à un système de jeu qui permet aux membres de la communauté de gagner des places, et peut être pouvoir intégrer le Top 100 des utilisateurs. Cela permet donc de faire revenir tous les jours ces derniers afin de faire toujours plus de dons pour les ONG. Cela les rend également plus actifs sur le « réseau social », et permet de faire grandir la start-up.

Conclusion

Goodeed est donc une très bonne solution pour pouvoir donner à son échelle à des associations sans passer énormément de temps et sans dépenser d’argent. Je vous invite donc naturellement à vous inscrire sur le site afin d’aider en finançant plein de projets, de nombreuses victoires sont possibles grâce à Goodeed !

Rédacteur motivé, passionné de jeux vidéo, de photographie et de nouvelles technologies en général.

Laisse un commentaire !