eurohpc

EuroHPC : le défi européen pour l’année 2020

Le High Performance Computing : une course par laquelle, l’Europe se lance afin d’innover dans le monde de la nouvelle technologie : l’EuroHPC. Le défi est clair : doter au continent européen des superordinateurs de classe mondiale. Suite à l’annonce du Conseil ce 28 septembre dernier, la progression fait signe positif. En effet, les plans de la Commission pour un investissement de 1,4 milliard d’euros viennent de recevoir un aval. L’enveloppe sera disponible à partir de l’année 2020.

L’EuroHPC, un défi de taille

Il s’agit d’un grand défi. Les pays de l’Union Européenne se sont concertés dès le début de l’année 2018 afin de garder la position dans la concurrence pour l’utilisation des superordinateurs. Vu qu’il ne serait pas facile de batailler avec les grands acteurs mondiaux de ce secteur dont les Etats-Unis, la Chine et le Japon, il est important que les Européens fassent un ralliement. Ainsi, plusieurs Etats se soutiennent dans cette course afin de développer des supercalculateurs de « classe mondiale ».

La politique de l’Union pour faire part dans la course serait de mutualiser les moyens. Dans ce cas, une entraide entre tous les pays européens a été effectuée. Effectivement, le progrès technologique n’est pas au même rythme dans toute l’Europe. Certains pays disposent d’une capacité importante avec des entreprises et des productions, alors que d’autres ne s’affichent pas dans la liste des grands acteurs. Le ralliement consisterait à faire profiter des mêmes atouts à chaque membre de l’Union européenne.

eurohpc

Un budget qui devrait être alloué

Dans la vision, on envisage de débloquer un budget de 1,4 milliards d’Euros à partir de l’année 2020. Ce geste a été effectué par la Commission de Bruxelles afin de rattraper son retard par rapport aux autres pays acteurs qui s’imposent dans le monde de la Performance Computing. En effet, les concurrents américains et asiatiques ont déjà devancé l’Europe. Dans ce programme, le continent tente de rester dans la course et surement, avancer pour au moins s’aligner à ces grands acteurs internationaux.

Si la commission avait accepté ce budget de plus d’un milliard, c’est parce que l’effort fourni par l’ensemble des Etats ne suffisait pas pour concurrencer les Etats-Unis, la Chine et le Japon. Surement, les grands pays de l’Europe comme la France et l’Allemagne occupent une place importante, mais il arrive que l’Union dans l’ensemble soit faiblement imposante car les soi disant petits pays n’arrivent même pas à faire place.

eurohpc

Un programme avec des objectifs

EuroHPC ou High Performance Computing pour l’Europe est la structure juridique par laquelle le continent tente de poursuivre la course. Celle-ci a pour mission de gérer les fonds octroyés par la commission dans l’atteinte des objectifs à partir de 2020. Ce programme se poursuivra jusqu’à la fin de l’année 2026. Les activités démarreront en Novembre 2018. Sa principale mission serait donc la mise en commun des atouts des pays européens. Dans le cadre de la mise en place des infrastructures, EuroHPC garantira la réalisation des tâches.

Ce grand défi technologique mettra de nouveau en évidence la coopération européenne. Pour cette fois, celle-ci se manifestera dans le domaine du High-tech. Ensemble, le continent va concourir pour une mise en ordre afin de disposer des superordinateurs. La commission européenne, les Etats membres et le secteur privé se conjuguent afin de poursuivre ce parcours. En effet, la moitié de l’enveloppe serait fournie par ces deux dernières entités.

eurohpc

Au début, ce programme a été lancé seulement par six pays européens. Plus tard, quatorze pays ont partagé le même parcours. Actuellement, 25 pays de l’Union européenne s’engagent pour soutenir l’EuroHPC. Autrement, de bonnes nouvelles donnent souffle au programme. On attend actuellement les apports du Royaume-Uni. Cette puissance, malgré sa politique de Brexit, n’est pas restée réticente à l’égard de l’EuroHPC.

Laisse un commentaire !