C’est bientôt la rentrée pour nombre d’entre vous étudiants et il est peut-être temps pour vous de changer d’ordinateur. Quand on est étudiant, le budget est souvent serré et on veut en avoir pour son argent alors que le changement d’ordinateur est un poste de dépense important. C’est la rentrée, et si vous achetiez un Chromebook ?

C’est quoi un Chromebook ?

Pour les moins technophiles d’entre vous, il est possible que vous n’ayez jamais entendu parler du Chromebook, même si Google met les moyens pour faire de la publicité dessus. Un Chromebook, c’est un ordinateur utilisant le système d’exploitation Chrome OS, développé et commercialisé par Google. Ce système d’exploitation basé sur Linux repose sur le navigateur web Google Chrome (le même que sur ordinateur), sur les services de Google (Drive, Docs, etc.) mais aussi sur les applications mobiles que l’on peut télécharger depuis le Play Store qui est intégré sur Chrome OS.

Chrome OS est d’ailleurs un système d’exploitation dynamique, qui reçoit des mises à jour très régulières avec l’ajout de vraies fonctionnalités utiles. Tout n’est pas parfait avec ce système, il manque encore des fonctionnalités/services, mais il se perfectionne petit à petit.

Une autonomie qui surpasse les ordinateurs Windows

Ce qui caractérise le plus les Chromebook, c’est évidemment la simplicité : le système d’exploitation est simple, tout comme les possibilités permises par ces ordinateurs. Ce qui fait que l’autonomie des Chromebook est vraiment au rendez-vous : on ne se rend pas compte à quel point Windows consomme de la batterie sans qu’on ne fasse grand chose avant de passer de longues journées privé de prise pour brancher son ordinateur portable.

Ayant un Chromebook Asus C324NA depuis plusieurs mois, je peux tenir facilement 10 heures sans devoir recharger l’ordinateur en navigation web/prise de notes. Par ailleurs, cet ordinateur étant équipé d’une prise USB-C, je peux tout à fait le brancher sur une batterie externe avec un câble et recharger (certes lentement) mon ordinateur pour continuer à travailler.

chromebook

Contrairement aux idées reçues, on peut faire beaucoup avec un Chromebook

Beaucoup d’entre vous ne travaillent probablement pas avec la suite Google. Pourtant, les applications de cette suite bureautique sont parmi les rares à être optimisées pour Chrome OS. On peut alors se dire qu’il faut écarter le Chromebook dans les modèles que l’on veut acheter. En fait, s’arrêter là est peut-être une erreur. Tout d’abord, les applications que l’on utilise au quotidien peuvent largement être utilisées via un navigateur web : dans les facs et dans les écoles on a désormais très souvent un accès Internet, utiliser un navigateur n’est donc pas contraignant. Mais partons du principe qu’il n’y en a pas tout le temps. On peut très bien utiliser une application disponible sur le Play Store, par exemple des applications de prise de note comme Evernote ou encore Notion (qui rencontre de plus en plus de succès malgré l’absence d’un vrai mode hors-ligne). Les possibilités sont grandes, plus que vous ne le pensez.

Le navigateur Google Chrome intégré est un vrai navigateur web, le même que sur un PC en fait. On y retrouve donc tous ses favoris, son historique, mais aussi ses extensions, qui peuvent être pratiques, utiles. Par exemple, Refoorest vous permet de planter des arbres gratuitement en naviguant sur Internet !

Les services qu’on utilise au quotidien aujourd’hui ont soit une application mobile fonctionnelle, soit une version web facile à utiliser ; passer par un Chromebook est peut-être la solution. Seul point noir : Office et les applications de la suite bureautique de Microsoft ne seront bientôt plus utilisables sur Chromebook, il faudra passer par le navigateur. Une façon pour Microsoft « d’encourager » les utilisateurs à passer sur une Surface ou autre ordinateur portable ultra-léger sous Windows 10.

chromebook

Conseils d’achat pour les étudiants

Si vous considérez l’achat d’un Chromebook, plusieurs critères doivent être pris en compte pour répondre au mieux à vos besoins. Tout d’abord, la taille de l’écran est cruciale. Optez pour un écran de taille appropriée, généralement entre 13 et 17 pouces, pour un bon équilibre entre portabilité et confort visuel. Pensez à vérifier la résolution de l’écran, surtout si vous prévoyez de regarder des vidéos ou de travailler sur des tâches comme du montage ou de la manipulation d’images.
L’autonomie de la batterie est un point à ne pas négliger. Recherchez des modèles offrant une autonomie d’au moins huit heures, comme les produits de la gamme ChromeBook d’Acer, pour vous accompagner toute la journée sans avoir à chercher constamment une prise de courant…
La puissance peut varier selon vos besoins. Pour une utilisation standard telle que la navigation web, la prise de notes et l’accès à des applications bureautiques, un processeur moyen suffira. Cependant, si vous prévoyez d’exécuter des tâches plus gourmandes, envisagez des modèles équipés de processeurs plus performants pour une meilleure fluidité.
Le stockage peut être un point critique. Les Chromebooks offrent souvent un espace de stockage limité, donc privilégiez les modèles avec la possibilité d’extension via des cartes mémoire ou des ports USB pour compenser cette limitation.
Enfin, n’oubliez pas de considérer la connectivité. Des ports USB-C, USB-A, un port audio, et un lecteur de carte microSD peuvent s’avérer très utiles en fonction de l’environnement dans lequel vous souhaitez l’utiliser.

Si ça ne vous suffit pas, vous pouvez encore installer Linux sur Chrome OS

Pour ceux qui sont à l’aise en informatique et qui voudraient bidouiller du code, c’est possible avec un Chromebook ! Chrome OS permet de créer une partition Linux avec l’environnement de bureau Debian 10 (Buster) : on a la possibilité d’avoir accès à un terminal de commande pour faire ce que l’on veut. Grâce à ça, on peut imaginer plein de choses : en théorie tous les logiciels Linux peuvent être installés sur un Chromebook. En théorie seulement parce qu’il y a encore beaucoup de changements à faire pour optimiser la compatibilité et la praticité d’utilisation. Par exemple, il n’est pas possible d’installer cette partition sur une carte micro SD qui serait intégrée dans l’ordinateur (sur le modèle que j’utilise, je n’ai que 32 Go de stockage, une micro SD peut drastiquement augmenter cette capacité). J’ai par exemple réussi à installer la suite Libre Office ou encore MEGA. Cette dernière utilisation m’a permis de synchroniser un dossier sur mon Chromebook à MEGA, comme cela peut fonctionner sur Windows : tout était loin d’être optimisé, mais cela fonctionnait.

chromebook

Des machines peu puissantes mais abordables

Un Chromebook présente un avantage certain pour les étudiants : son prix. En effet, ces ordinateurs portables là ne sont pour la plupart pas très puissants puisqu’ils n’ont pas besoin de l’être. Pour des étudiants qui ne font quasiment que de la prise de notes ou de la bureautique basique, un ordinateur de ce type peut être adapté dans la mesure où les modèles démarrent aux alentours de 200€ en promotion. S’ils ne seront vraiment pas puissants, ils répondront aux besoins primaires des étudiants en faculté. Quand on connaît la crise étudiante actuelle, le Chromebook peut permettre de faire quelques économies encore.

Un ordinateur portable léger, mais un vrai ordinateur portable : parfait pour les étudiants

Comme ces ordinateurs portables sont peu performants, ils ont des petits composants hardware ; tout cela permet d’avoir au final un ordinateur portable léger, compact et facile à transporter. Un avantage de taille pour les étudiants qui peuvent faire plusieurs dizaines de minutes de transport chaque jour avec, mais aussi se balader avec dans leur sac à dos ou leur sac à main.

En dehors du système d’exploitation, le Chromebook est en substance un vrai ordinateur. On retrouve deux parties : le châssis et l’écran. L’écran est un vrai écran, souvent LCD, souvent HD, qui permet de regarder aisément des vidéos sur Internet. On a un clavier, un pavé tactile, tout ce qu’il faut pour contrôler la machine. D’ailleurs les écrans des Chromebook sont, pour l’immense majorité, tactiles, ce qui est réellement utile : après plusieurs mois d’utilisation, j’utilise la fonction tactile de l’écran de mon Chromebook. Enfin, au niveau des connectiques, on a souvent de l’USB A, de l’USB C, parfois une prise mini jack et souvent un port micro SD. Les Chromebooks étant des ordinateurs avec peu de mémoire, la possibilité de l’étendre avec une micro SD est bienvenue pour certains utilisateurs ; dommage que pour l’instant on ne puisse quasiment que stocker des fichiers dessus (on pourrait avoir la possibilité de déplacer les applications vers la carte par exemple).

chromebook

Les problèmes avec le Chromebook

Plusieurs problèmes peuvent effectivement vous décourager dans l’achat d’un Chromebook. Tout d’abord, on ne peut pas faire autant qu’avec un vrai ordinateur portable, c’est un fait. Certains logiciels dans les études supérieures demandent un ordinateur sous Windows par exemple et il est probable que dans certains cas, aucune alternative n’existe sur Chrome OS. Mais pour des étudiants en faculté qui ne font « que » de la prise de notes, cela devrait suffire.

Ensuite, il y a la question de la vie privée. Google en profite évidemment pour collecter des données personnelles via Chrome OS et toutes les connexions à Google qu’on peut utiliser. Des alternatives, applications et services existent pour réduire cette collecte, mais quand même. Si cette question est primordiale pour vous, réfléchissez-y à deux fois avant d’investir dans un Chromebook.