Le deuxième épisode de la première saison de Black Mirror s’intitule Quinze Millions de mérites, une anticipation de notre société du spectacle, tournée vers le virtuel, jusqu’à en faire disparaître la réalité.

A lire également : Bandersnatch : l’épisode interactif de Black Mirror, déstabilisant

Le synopsis de Quinze Millions de mérites

« Dans sa chambre aux allures de cellule, Bing passe son temps à pédaler sur un vélo d’appartement pour accumuler des crédits. S’il en réunit 15 millions, il gagne l’accès à la salle du casting d’une émission, ce qui lui permettra peut-être d’échapper à sa condition. Un jour, avec une jeune femme qui rêve de devenir chanteuse, il découvre ce qui se passe de l’autre côté du miroir : une société qui consomme les individus, les formate et les pousse à sacrifier leur intégrité sur l’autel de la célébrité grâce à une technologie de plus en plus sophistiquée… »

quinze millions de mérites

Un monde artificiel, tourné vers le virtuel

Dans ce monde-là, dans cette civilisation « moderne », tout tourne autour d’une réalité qui est devenue virtuelle. On pédale toute la journée, intégrée dans une routine bien huilée, se divertissant avec des programmes abrutissants afin d’amasser des « mérites » : une monnaie virtuelle que l’on peut dépenser « comme on veut ». En effet, on ne peut pas s’acheter de vêtements, de meubles, de mets variés, ni même de temps : ce système est fait pour qu’on ne puisse pas épargner, pour s’acheter un habitat plus confortable. En fait, les habitats de chacun sont une pièce de quelques mètres carré, recouverte d’écran avec pour seul meuble un lit. Bref, tout ce que l’on peut acheter ce sont des programmes virtuels (émissions de télévision, jeux vidéo, pornographie), des cosmétiques pour son avatar virtuel, des pass de saison de jeux vidéo, etc.

Quinze Millions de mérites nous montre que même si le virtuel peut avoir quelque chose de réconfortant, d’innovant et de progressiste (c’est ce qu’on peut entendre régulièrement aujourd’hui), poussé à l’extrême cela devient mauvais dans tous les cas. La réalité est et restera nécessaire, on se rapportera toujours à elle au fond.

quinze millions de mérites

Hot Shot : l’émission de télévision où l’on doit dépenser Quinze Millions de mérites

La partie la plus importante de cet épisode de Black Mirror est en fait une émission, nommée Hot Shot. Cette dernière reprend tous les codes de ces émissions censées « mettre en avant des talents » comme X-Factor, America’s Got Talent, La France a un incroyable talent ou encore La Nouvelle Star. Le jury est composé de trois personnes : un afro-américain qui représente la diversité, une femme qui représente l’aspect féminin de l’émission et enfin un homme d’une cinquantaine d’années, représentant l’expert, le mâle alpha qui dirige la série. Les candidats défilent après avoir dépensé quinze millions de mérites et livrent leur performance, en direct devant des millions de personnes présentes virtuellement. A savoir que l’épisode est sorti en décembre 2011, on ne parlait pas de pandémie et de restrictions sanitaires à l’époque, il ne s’agit ici que de l’évolution de la société.

quinze millions de mérites

Une fois la performance réalisée (chant, danse, magie, etc.), le jury décide de la carrière du performeur : soit il retourne pédaler pour le restant de ses jours, soit il fait un choix de carrière qui est en fait décidé par le jury. Il n’a pas vraiment le choix dans le sens où pédaler tous les jours représente la souffrance ultime, une aliénation suprême. Même le suicide n’est pas envisageable, puisque les possibilités sont très restreintes.

Cela fait que l’art, la culture sont conditionnés, ici par le média que représente l’émission de télévision. Il n’y a alors plus de place à la créativité, à l’émancipation réelle. Dans l’épisode, on voit une femme réaliser un origami avec un emballage en papier, qu’elle pose sur son vélo ; un homme chargé de l’entretien se voit obligé de jeter cet origami, considéré comme un « détritus ».

quinze millions de mérites

Un système opaque, aliénant

Durant Quize Millions de mérites, on se rend compte que tout cela est plus ou moins géré par un « système » (l’expression est peut-être très générique voire marque d’incompétence de ma part, mais c’est réellement cela) : on ne sait pas s’il est un gouvernement, une entreprise, mais là n’est pas là question.

Il s’agit surtout d’un système méritocratique : ceux qui pédalent le plus sont ceux qui gagnent le plus et qui peuvent accéder aux rangs supérieurs de la société (représentés dans ce monde par l’élévation dans le bâtiment). Cependant, les personnes en surpoids ou naturellement moins favorisées par cette activités sont dénigrées, moquées, humiliées.

Le but de chacun est de réussir socialement (et donc financièrement), mais pour cela on est obligé de trahir ses convictions, ses valeurs pour atteindre cette réussite. Plus généralement, Quinze Millions de mérites raconte notre rapport à la réussite, au travail, au mérite, aux relations interpersonnelles en ce qu’il y a de pire et cela fonctionne.

quinze millions de mérites

Quinze Millions de mérites : le meilleur épisode de Black Mirror ?

Cet épisode de Black Mirror est considéré comme l’un des meilleurs jamais réalisé et c’est plutôt vrai, tout est bien équilibré dedans, on est plongé dans l’histoire. D’ailleurs, le spectacle qu’on voit se dérouler via l’émission Hot Shot peut être considéré comme le reflet du spectacle qu’est cet épisode de la série, une sorte de mise en abîme. Le jury serait en fait les producteurs de la série, Bing Madsen serait Charlie Brooker et les spectateurs virtuels (mais réels) nous-mêmes.

A lire également : Upload : la série qui se voulait Black Mirror en plus drôle